Mécanisme d'action

L’immunothérapie sublinguale (ITSL) a fait ses preuves dans le traitement des allergies respiratoires, en matière d’efficacité et de tolérance. Stallergenes continue d’investir en recherche et développement afin de mieux comprendre les mécanismes impliqués dans l’immunothérapie sublinguale (ITSL).

L’article de P. Moingeonpermet une meilleure compréhension des mécanismes impliqués dans l’ITSL.


Il établit que les principales cellules présentatrices des antigènes dans les tissus de la cavité buccale sont les cellules de Langerhans, les cellules dendritiques myéloïdes et un petit nombre de cellules dendritiques plasmocytoïdes. Ces sous-ensembles de cellules dendritiques sont tolérogènes.

Plusieurs implications pratiques s’en dégagent ainsi :

  • Il confirme la pertinence de la voie sublinguale dans l’induction d’une tolérance aux allergènes spécifiques.
  • Il permet d’orienter les recherches vers des produits d’immunothérapie sublinguale de seconde  génération grâce à l’association de l’ingénierie médicale et de systèmes innovants pour la délivrance de l’antigène.

1. Moingeon P. Update on Immune Mechanisms Associated with Sublingual Immunotherapy: Practical Implications for the Clinician. J Aller Clin Immunol in Pract 2013; 1(3):228-41.