Une maladie chronique, qui peut s’aggraver avec le temps

L’allergie respiratoire résulte d’un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant l’organisme à réagir de manière anormale au contact de substances inoffensives présentes dans l’air, les allergènes. Les principaux allergènes respiratoires sont les acariens, les pollens, les poils d’animaux et les moisissures. Inhalés, ils peuvent provoquer des réactions inflammatoires au niveau du nez, des yeux, de la gorge et des bronches, on parle alors de « rhinite » et/ou « d’asthme allergique ». L’allergie respiratoire est une maladie qui peut s’aggraver dans le temps et s’accompagner de complications.

En Europe, 1 personne sur 5 atteinte d’allergie respiratoire souffre d’une forme grave de la maladie, dite «modérée à sévère»1. L’allergie peut engendrer des complications au niveau de la sphère «ORL» (nez, gorge, oreilles) et des voies respiratoires basses (bronches) :

  • Inflammations et infections : otites, sinusites, angines, notamment chez l’enfant.2
  • Apnées du sommeil – et ses conséquences : troubles du sommeil, fatigue…3
  • Asthme dans 40% des cas. 80% des asthmes sont d’origine allergique.5

Dans les cas les plus sévères, les symptômes allergiques affectent la qualité du sommeil5 et engendrent fatigue et troubles de la concentration.6

Près de 70% des patients souffrant de rhinite allergique estiment que leur maladie perturbe leur vie quotidienne.7

Les enfants allergiques peuvent rencontrer des difficultés scolaires du fait de leur allergie. Les conséquences de l’allergie (irritabilité, fatigue, manque d’attention, difficultés de concentration, troubles du sommeil et somnolence diurne) peuvent affecter la mémoire à court-terme des enfants allergiques.8

Les allergies respiratoires influent sur la productivité, au point d’être la première cause de perte de productivité dans le monde, devant les maladies cardio-vasculaires.9,10

  • 1. WAO White Book on Allergy, Update 2013
  • 2. Sih T, Mion O. Allergic rhinitis in the child and associated comorbidities. Pediatr Allergy Immunol 2010: 21: 107–113.
  • 3. Koinis-Mitchell D, Craig T, Esteban CA, Klein RB..Sleep and allergic disease: a summary of the literature and future directions for research. J Allergy Clin Immunol. 2012 Dec;130(6):1275-81
  • 4. Blaiss MS. Rhinitis-asthma connection: epidemiologic and pathophysiologic basis. Allergy Asthma Proc 2005; 26: 35–40
  • 5. Marshall PS. et al. Effects of seasonal allergic rhinitis on fatigue levels and mood. Psychosom Med. 2002;64:684-91.
  • 6. Bender BG. Cognitive effects of allergic rhinitis and its treatment. Immunol Allergy Clin North Am. 2005;25:301-12
  • 7. Valovirta E et al. The voice of the patients: allergic rhinitis is not a trivial disease. Curr Opin Allergy Clin Immunol. 2008;8(1):1-9. Review.
  • 8. Walker S. et al., Seasonal allergic rhinitis is associated with a detrimental effect on examination performance in UK teenagers: Case control study, 2007 American Academy of Alergy, Asthma & Immunology
  • 9. EFA Book on Respiratory Allergy in Europe: Relieve the Burden, 2011
  • 10. Meltzer EO, Gross GN, Katial R, Storms WW. Allergic rhinitis substantially impacts patient quality of life: findings from the Nasal Allergy Survey Assessing Limitations. J Fam Pract. 2012;61:S5-10.